Jumana Emil Abboud
invitée par Francis McKee

«Life Drawing», 2007
Vidéo, 10mn 20s, 3 canaux
Merci aux habitants de Ein Al Sultan, Jericho, Al-Ma’mal Foundation, Jerusalem, Jutta Traenkle, Francis McKee,
Biennale de Lyon.
Co-production Biennale de Lyon

 

juamana emil abboud
née en 1971 -palestinienne - vit et travaille à Jerusalem
Jumana Emil Aboud emploie aussi bien la peinture, la video, la performance que le language pour traiter les questions de pertes et de résilience. Pour la Biennale, elle montre trois immenses projections.

francis mckee
né en 1960 à Belfast vit et travaille à Glasgow
Commissaire et essayiste, Francis McKee dirige le département Digital Art & New Media au CCA de Glasgow ainsi que le The Glasgow International Festival of Contemporary Visual Art. Il organise de nombreuses expositions parmi lesquelles "Words and Things" et ecrit de nombreux ouvrages sur l'oeuvre de Chritine Borland, Ross Sainclair, Douglas Gordon ou Simon Starling.
www.francismckee.com

 

 

«Dans une classe de dessin, un modèle ou une nature morte sont présentés aux étudiants pour que ces derniers puissent les crayonner, les étudier, les dessiner dans une perspective de fac-simile. Ferions-nous tous partie d’une classe de dessin universel? Essayons-nous de recréer notre réalité, ou du moins la « beauté » de cette réalité pour le plaisir de conserver ce qui est bon plutôt que de le perdre à jamais? Dans les classes de dessin qui ont le plus de succès, nous redessinons sans cesse, répétant et reproduisant notre monde pour qu’il corresponde à notre désir de confort. D’une partie à l’autre du dessin, nous reportons nos expériences de vie sur la feuille blanche, pour en copier les contours et préserver leur potentiel infini. Nous souhaitons que tout se ressemble et se ressente de manière parfaite pour nous donner la même satisfaction. Les dessins projetés sur l’écran de droite de ’installation sont réalisés à partir des images réelles, lesquelles sont projetées sur l’écran central. Ces images sont les natures mortes, modèles d’une classe de dessin dont les étudiants doivent reproduire ce qu’ils ont sous les yeux. L’écran de gauche présente des archives. […]
Un jeune garçon issu du camp de réfugiés d’Ein al Sultan, près de Jéricho: son nom est Gabriel. C’est aussi celui de l’ange gardien.»
Jumana Emil Abboud