Brian Jungen
invité par Trevor Smith

 
  photo: Blaise Adilon (détail)


«2010», 2007
Sacs de golf, tube rigide
378cm x 73cm x 81cm
Courtesy Catriona Jeffries Gallery

«2000», 2007
Sacs de golf, tube rigide
370cm x 76cm x 96cm
Collection Freybe, Vancouver
Courtesy Catriona Jeffries Gallery

«1980», 2007
Sacs de golf, tube rigide
350cm x 68cm x 68cm
Collection Art Gallery of Ontario
Courtesy Catriona Jeffries Gallery

 


«1970», 2007
Sacs de golf, tube rigide
383cm x 76cm x 88cm
Collection privée, Toronto

Courtesy Catriona Jeffries Gallery
«1960», 2007
Sacs de golf, tube rigide
393cm x 91cm x 121cm
Collection Michael & Sonja Koerner
Courtesy Catriona Jeffries Gallery

Dessin mural, 2007
Gravures et incision dans le mur

 

BRIAN JUNGEN
né en 1970 à Vancouver où il vit et travaille
Dans ses sculptures et installations, Brian Jungen se sert de l’interaction possible entre le matériau et le sujet représenté. Entre une paire de Air Jordan, transformée en masques d’indiens américains et le squelette d’une baleine, dont l’espèce est en danger, fabriqué à partir de chaises de jardin en plastique, Brian Jungen explore la tension qui existe entre la société de consommation et les cultures et territoires indigènes sur lesquels elle se développe.

TREVOR SMITH
né en 1964 à Regina Saskatchewan, Canada, vit et travaille à New York
Critique d’art et commissaire indépendant, Trevor Smith a précédemment travaillé pour le New Museum de New York, où il organise la rétrospective Andrea Zittel (2006-2007).Commissaire pour The Art Gallery of Western Australia de 1997 à 2003, il organise de nombreuses expositions en Australie, au Canada, au Brésil et dans le monde. Il écrit régulièrement pour “Art Monthly Australia”, “Canadian Art”, “Artlink”, “World Art” et “Parkett”.

 

 

Canadien d’origine amérindienne, brian jungen présente des sculptures, totems faits de sacs de golf, au confluent de ses deux univers culturels. Avec ironie et humour, il accumule des objets de grande consommation pour recréer l’un des emblèmes des cultures indiennes ou aborigènes. De manière identique, les dessins soigneusement gravés dans le mur ressemblent étrangement à des motifs issus des cultures dites
« premières » alors qu’ils sont la reproduction de dessins d’enfants.

«Les sculptures murales de Brian Jungen sont un développement relativement nouveau de son vocabulaire plastique. Alors que la gravure est l’une des formes de sculpture la plus ancienne dans toutes les cultures et suggère donc une logique d’inclusion, les images gravées sont en fait des stéréotypes et des banalisations populaires de la richesse de l’héritage culturel des Premières Nations (aborigènes). Alors même qu’elles revendiquent les murs du grand art, elles nous rappellent des actes de vandalisme et d’exclusion.»
Trevor Smith - Catalogue p. 250