Museum of American Art (U.S.A.)
invité par Tirdad Zolghadr

 
  photo: Blaise Adilon

Courtesy de Museum of American Art
Avec le soutien de Sikkens-Vachon

 

MUSEUM OF AMERICAN ART (USA)
La Biennale accueille une exposition consacrée au Museum of American Art, programme international de promotion de l’art américain lancé par les Etats-Unis dans les années 50 et qui fit halte, entre autres sites, au Musée national d’art moderne à Paris en 1955. Considérées depuis les années 70 comme de la propagande culturelle, ces expositions itinérantes n’en eurent pas moins une influence majeure sur la scène artistique européenne, en faisant basculer les notions d’école “nationale” à celles de “style international”.

TIRDAD ZOLGHADR
né en 1973 en Iran
Critique, réalisateur de documentaires et commissaire indépendant, Tirdad Zolghadr participe à la 10e Biennale de l’Image en mouvement (2003, Genève), co-organise la 7e Biennale de Sharjah en 2005 et écrit régulièrement pour “Frieze”, “Parkett” ou “Afterall”.

 

 

L’exposition du museum of american art est la reconstitution, à partir d’archives,
d’une exposition organisée par le Museum of Modern Art (MoMA) de New York à la fin des années 50. Cette exposition visait à promouvoir l’art américain en Europe. Elle
s’est tenue au Musée National d’Art Moderne à Paris en 1955, ainsi que dans d’autres
villes européennes.
Toutes les oeuvres présentées ici sont des reproductions réalisées à partir de documents d’archives. Les «peintures» situées à gauche sont des captures d’écran d’un documentaire de l’Institut National de l’Audiovisuel concernant l’ouverture de l’exposition. Elles sont suivies par des reproductions de documents d’époque.
A droite sont reproduites les pages du catalogue qui fut édité à l’occasion, catalogue dont on peut voir un exemplaire original dans une des vitrines situées dans cette exposition. Plus loin, on trouve enfin les reproductions de quelques-uns des tableaux présentés lors de l’exposition. Considérées depuis les années 70 comme de la « propagande » culturelle ayant participé à la suprématie artistique des Etats-Unis au détriment de l’Europe, les expositions itinérantes du MoMA n’en furent pas moins les premières à promouvoir sur leur propre continent des artistes européens réfugiés ou résidant aux Etats-Unis tels que Man Ray, Marcel Duchamp, Fernand Léger ou Piet Mondrian. Ces expositions firent également basculer la notion d’école nationale (telle que l’Ecole de Paris) vers celle de « style international » qui vit l’apparition d’un art américain quasi-universel aussi bien dans l’abstraction que dans l’utilisation d’une imagerie populaire immédiatement identifiable.
En reconstituant à travers des reproductions l’exposition de 1957, le museum of
american art, tout en rendant hommage à la créativité des Etats-Unis, interroge également cette notion d’art « international » désormais communément admise.